oeil2.jpg (163862 octets)

L'Aubrac

Désert de terres nues au ventre refroidi,
Souvenance de feu au soleil de midi,
Ici, le ciel épouse le pâturage entier
Dans un embrassement au silencieux baiser.
Quand blanchit l’horizon où le regard se perd,
Lorsqu’un sommeil de glace couvre ce pays fier,
Les rêves des jonquilles font la peine petite
Sous le blizzard mordant en froides stalactites.
Les germes sont couvés dans une terre grise
Afin qu’au mois de mai explosent les narcisses ;
Des chants de loups résonnent dans l’écho des forêts
Sur le plateau désert aux souvenirs mouillés.
Parle-moi du pas lent des vaches aux yeux superbes,
Je te reparlerai du blé qu’on met en gerbes…

 

Un autre poème d'Annie ? Le voici...

accueil | recherche | plan du site | les environs | N-D des Buis | Aubignac | la transhumance | Mandailles |