logo-plus-beaux-villages.gif (2012 octets)

Conques 

monumhist.gif (4920 octets)

Conques

Le village de Conques est perdu dans la montagne, et massé à flanc de côteau, offert au soleil.
Il n'est là que parce qu'il abrite une merveille : la statue-reliquaire de Sainte-Foy, apportée ici autrefois pour la protéger des pillards qui la menaçaient à Agen, et pour laquelle on a bâti, de 1035 à 1060,  une splendide basilique romane. Une autre version, moins glorieuse, raconte que l'ermite Dadon, à la fin du VIIIè siècle, y fonda un couvent, et que les moines se débrouillèrent un jour pour aller voler à Agen la relique de Sainte Foy et assurer ainsi l'avenir de leur communauté.

La basilique a été classée à l'initiative de Prosper Mérimée, alors inspecteur des Monuments historiques (la base de données du ministère de la Culture, dont je vous parle souvent dans ces pages, est baptisée Mérimée en l'honneur de cet homme de valeur).

Lorsque vous entrerez dans la pièce du Trésor de Conques, vous serez fasciné par les yeux de Sainte Foy, qui vous parleront, que vous soyez croyant ou pas. Ils vous raconteront la longue histoire des hommes qui les ont protégés, embellis et enrichis tout au long des siècles. C'est une idole, dont l'histoire se perd dans les brumes antiques (on pense que sa tête est d'origine byzantine), mais le miracle est là : Sainte Foy vous parle.

CONQUESR.jpg (89024 octets)
photo © Philippe Decarnoncle

Lorsque vous visiterez la basilique, on vous parlera du tympan de la façade principale (toutes les sculptures autour de la porte) Elles sont jolies, mais pour moi l'esprit de Conques n'est pas là. Il est beaucoup plus dans l'immensité de la voûte et dans son dépouillement. On ne peut pas parler de perfection, parce que malheureusement tout ceci est bâti sur un sol instable, et la basilique aurait tendance à s'ouvrir en deux si l'on ne faisait rien.

Si vous observez le pied des colonnes, vous verrez sur certaines quatre inclusions de pierre, parfaitement circulaires, d'une vingtaine de centimètres de diamètre. A ces endroits, des ingénieurs géniaux ont, il y a quelques années, ouvert la pierre, creusé des puits du même diamètre sur plusieurs mètres de profondeur et injecté du béton pour tenter de stabiliser la basilique. Vous verrez à d'autres endroits les repères qu'ils ont installés pour tenter de mesurer la suite des évènements. Espérons qu'ils réussiront à stopper les dégradations...

L'image qui constitue le décor des photographies qui suivent est celle des magnifiques ferrures qui ferment le choeur de l'église. Vous découvrirez leur histoire en observant la sculpture de Sainte-Foy sur le tympan.

L'un des deux clochers de l'abbatiale

A l'intérieur... la foi

Le bassin en serpentine, au centre du cloître

Le cloître et son bassin en serpentine

Détail du bassin du cloître

Un détail du bassin du cloître

Vu de l'extérieur, l'un des vitraux de Pierre Soulages

Vu de l'intérieur, l'un des vitraux

Les vitraux de Pierre Soulages, dans la basilique

 

accueil | recherche | plan du site | Estaing | les environs | Laguiole | le tympan | la cascade du Déroc | la croix de la Rode |