Le conte de Pierrounet

Pierre Brioude, il était placé berger à Saint-Laurent-de-Muret: et il y a un veau qui s'est démis une jambe et il ne pouvait plus marcher.  Alors lui plaignait tellement ce veau - c'était son pâtre, il le gardait - et il s'est mis à l'arranger, à l'arranger, si bien que tout à coup le veau il a marché et il était guéri.  Et depuis, il a eu tout le temps ce don.  Et il avait son pouce qui couvrait une pièce de cent sous, tellement il était large, ce pouce comme ça, il se mettait là - vous savez, une pièce de cent sous, il la couvrait avec son pouce, mais alors, quand il attrapait quelque chose avec ce pouce, on poussait un cri, et vous étiez remis.  Et quand c'était des choses trop difficiles, une épaule ou une jambe, il avait quelques voisins qui venaient, et alors ils tenaient le bonhomme et alors on tirait un bras et lui avec ses mains il remettait l'os en place, et tout ça, c'était miraculeux.  Et il en a guéri, il en a guéri, vous savez.  Et jamais il ne prenait un sou à personne -  Vous me devez rien du tout, - mais alors on faisait une queue devant cette pauvre maison-là - en descendant vous la verrez, là ...


 

Conté par Mme Artémise Brioude, Nasbinals, Lozère,
le 26 juillet 1966.

accueil | recherche | Vezins | Naves d'Aubrac | les contes |
 
Les illustrations de cette page : © Isabelle Hartmann