La cytise à balais et la violette lutea
Le grand genÍt
La cytise à balais (cytisus scoparius, genêt à balai, brande, gineste). Idéal pour allumer le feu, mais l'ennemi des agriculteurs tant il est coriace et colonise rapidement les parcelles moyennement entretenues... 
On l'a utilisé pour récupérer le tanin qu'il contient, pour fabriquer des cordes avec son écorce, pour réaliser des tissus. On dit qu'une graine de genêt se conserve au moins 25 ans en conservant sa capacité à germer.
Ce genêt a des propriétés que vous ne soupçonnez même pas : voyez la liste des vieux remèdes.
La violette lutea
la violette lutea (viola lutea se sudetica, pensée sauvage, herbe de la Trinité) ne se trouve pratiquement qu'ici, et pourtant en quantités industrielles. Allez vous promener vers Montorzier en mai-juin, vous en trouverez des milliers... si les vaches ne les ont pas broutées.
 
Retournez voir les autres fleurs.

Pour plus de précisions sur la flore, visitez le jardin botanique qui se trouve au pied de la tour des Anglais, dans le village d'Aubrac, ou lisez Flore d'Aubrac, de Francis Nouyrigat, publié aux Editions du Rouergue (ISBN 2-905-209-682).

accueil | recherche | plan du site | les environs | le conte des enfants perdus | le buron de Coufignals | Conques |