mh.gif (1695 octets)

Galinières

mh.gif (1695 octets)

L'ensemble fortifié de Galinières est une grange monastique fortifiée. Lorsque vous le visiterez, sa propriétaire vos expliquera le fonctionnement de l'économie agricole locale à l'époque de la splendeur de la forteresse. Le donjon carré à mâchicoulis en parfait état (XIVème siècle), l'aire à battre, le logement des ouvriers, la bergerie et le décor intérieur (peintures du XVème siècle) sont protégés.

Galinières

La tour fortifiée de Galinières

Galinières, autrefois appelé Perols, a été une grange de l'abbaye de Bonneval depuis 1265 environ. Elle fut fortifiée au temps des guerres anglaises : Jean, fils du comte d'Armagnac, permit en 1371 d'étendre les fossés à l'emplacement du grand chemin. Une clef de voûte aux armes de l'abbé Rigal de Gaillac (1370) confirme cette datation. D'autres indices confirment cette datation : les armes au coq qui figurent dans les peintures murales sont peut-être celles de Jean Géraud, abbé de Bonneval en 1424. Les états généraux du Rouergue se réunirent en 1576.

Les granges monastiques pratiquaient l'élevage à grande échelle, pour produire de la laine, de la peau et de la viande. On y cultivait aussi des céréales sur des surfaces importantes (233 hectares à Galinières). On y cultivait notamment le froment, réservé à l'alimentation des moines.

Les occupants de Galinières avaient également exploité la présence de la Serre (la rivière qui passe en bas, et qui finit bizarrement au Trou du Souci) pour établir de grandes pêcheries (pesquièrs) alimentées par une digue fermant partiellement la vallée et dont on voit encore quelques traces.

L'ensemble fut vendu comme bien national à la révolution pour 411.910 livres.

Un cul de lampe dans le donjon de Galinières

Le donjon de Galinières, forteresse monastique, est membre de la chaîne des Seigneurs du Rouergue.

accueil | recherche | plan du site | la ferme fortifiée des Bourines | les environs |