mh.gif (1695 octets)

Le château de Montaigut

mh.gif (1695 octets)

Le château de Montaigut vous domineLe château de Montaigut est cité dès 996 dans le cartulaire de Gellone (Saint-Guilhem le Désert).

Dans le cartulaire de Sylvanès, on retrouve, de 1135 à 1167, la trace des dons faits par Raymond de Montaigut, son épouse Jordane et leurs enfants Guillaume et Pierre.

En 1192, la terre de Montaigut appartient à Marie de Calus. En 1206, Déodat et Pierre, ses enfants, sont seigneurs de Montaigut.

Au XVème siècle, la famille de Blanc est propriétaire du château ; sa présence va durer 200 ans, et elle va le transformer profondément. Elle va aussi se faire remarquer : crimes en tous genres, assassinat d'un des seigneurs par ses propres gens d'armes dans le château témoignent de la violence de cette présence.

En 1596, à la suite du mariage de Jean d'Annat avec Jeanne de Blanc, le château passe dans cette nouvelle famille, qui le possèdera en 1670, en le laissant progressivement tomber en ruine.

En 1670, Jean de Rouvellet devient le nouveau seigneur. Il restaure le château, et fait notamment réaliser des gypseries (décors semblables à du stuc) dans les appartements.

La seigneurie passe ensuite de fille en fille et plusieurs seigneurs se succèdent : Pierre Valéry en 1746, Pierre Liquier en 1776, André Charles de Lavit au moment de la révolution française. En l'an VII, le château appartient toujours à la citoyenne Lavit de Bédarieux ; elle en a confié l'exploitation à M. Olivier, son fermier. Joseph Olivier achète le château en 1826 et sa famille le possèdera jusqu'en 1946. Hormis la période 1880-1918, durant laquelle un Olivier, oncle d'Amérique revenu du Brésil, restaurera le château et l'habitera, il sera peu entretenu et se dégradera.

La façade du corps de logisM. Bousquet l'achète, pour exploiter les terres, en 1946. La dégradation continue et l'aile sud-est s'écroule vers 1965.

En 1968, l'association des amis du château de Montaigut achète le château et commence sa restauration, dans le cadre de l'association rempart.

Dans les tréfonds du château, vous verrez notamment les restes de la nécropole du haut Moyen-Âge qui préexistait au château.

Montaigut fait partie des Seigneurs du Rouergue.

Montaigut est un lieu magnifique (ça ne va pas beaucoup vous changer) : l'arrivée sur le site est étonnante : après quelques kilomètres de routes étroites et tortueuses, au milieu des terres de couleur inhabituelle du Rougier, vous déboucherez sur une grande plaine, enfermée entre quelques collines, au sud, et une montagne plus haute, au nord, sur laquelle est construit le château. Il a été installé sur un promontoire isolé, et donne vraiment l'image du "nid d'aigle".

Dans les profondeurs du château, à proximité d'un soupirail, j'ai entendu un petit garçon demander pourquoi on n'arrêtait pas "ce ventilateur qui faisait du bruit" : c'était le vent, remontant de la vallée, qui soufflait à travers les moindres interstices de la pierre pour tenter de déplacer cet obstacle...

Vous voyagerez dans le château à travers plusieurs époques, de la nécropole moyenâgeuse aux belles gypseries du XVIIème siècle. Lorsque vous serez arrivé au sommet du donjon, vous contemplerez la plaine, et vous imaginerez la défait subie par les anglais, en septembre 1369 : le sénéchal Thomas de Wetenhale fut tué lors de ce combat dans la plaine de Montlaur.

Aux alentours, plusieurs sentiers pédagogiques vous permettront de découvrir les particularités du lieu : exploitation du plâtre, et travaux hydrauliques dont on ne soupçonne pas l'importance dans ce paysage qui semble naturel.

Au pied du château, de part et d'autres, deux croix particulières sont à voir.

Cliquez pour d'autres images de Montaigut

accueil | recherche | plan du site | Belcastel | les environs | Sylvanès |