Pierrounet - le mariage

 

Vous pouvez consulter sur cette page l'acte de mariage de Pierrounet, ainsi qu'un extrait de son contrat de mariage, tels que publiés dans l'ouvrage d'Etienne Andrieu cité dans la bibliographie.

 

Pierrounet - notez la taille étonnante de ses poucesL'acte de mariage de Pierrounet

L'an mil huit cent soixante trois et le vingt et un mai, à trois heures du soir, pardevant nous Laurent Jean David, maire, officier de l'état civil de la commune de Saint Laurent de Muret, canton et arrondissement de Marvejols, sont comparus en la maison commune :

Pierre Brioude, âgé de trente ans né au lieu, commune et canton de Nasbinals, le douze septembre mil huit cent trente deux, d'après l'acte de sa naissance, employé des chemins vicinaux, domicilié à Saint Laurent de Muret, fils majeur, légitime et naturel à Pierre Brioude, décédé au dit lieu de Nasbinals, le douze septembre mil huit cent cinquante cinq, d'après l'acte de son décès, et d'Elisabeth Dallo, décédée aussi au dit Nasbinals le neuf février mil huit cent cinquante neuf, d'après l'acte de son décès. Et Marie Rose Meissonnier, âgée de trente et un ans, née au village de Sinières en notre commune, le douze février mil huit cent trente deux, d'après l'acte de naissance, ménagère, domiciliée audit lieu de Sinières, fille majeure, légitime et naturelle à Robert Meissonnier, décédé audit Sinières le vingt et un septembre mil huit cent cinquante cinq, d'après l'acte de son décès inscrit dans nos registres, et de Catherine Dioulofès, décédée aussi à Sinières le dix sept septembre mil huit cent cinquante neuf, d'après l'acte de son décès inscrit dans nos registres, lesquels nous ont requis de procéder à la célébration du mariage projeté entre eux et dont les publications ont été faites devant la principale porte de notre maison commune savoir : la première le dix et la seconde le dix sept mai courant jours de dimanche à l'heure de dix du matin. A l'appui de leur réquisition les parties ont produit : 1°) l'acte de naissance du futur 2°) l'acte de décès de son père 3°) l'acte de décès de sa mère délivrés par M. le Maire de Nasbinals sous la date du dix du présent mois. Les futurs époux interpellés par nous, en exécution de la Loi du dix juillet mil huit cent cinquante nous ont déclaré qu'il a été fait un contrat de mariage reçu par M. Martin, notaire à Marvejols, le cinq du courant, ainsi que le prouve le certificat par lui délivré le même jour, à nous présenté sur notre demande. Aucune opposition à ce mariage ne nous ayant été signifiée ; faisant droit à la réquisition des parties, après leur avoir donné lecture de toutes les pièces ci-dessus mentionnées et des dispositions du Code Napoléon au chapitre six du titre du Mariage sur les droits et devoirs respectifs des époux ; après quoi avons demandé au futur époux et à la future épouse s'ils voulaient se prendre pour mari et femme. Chacun d'eux ayant répondu séparément et affirmativement, nous avons prononcé au nom de la loi que Pierre Brioude et Marie-Rose Meissonnier sont unis par le mariage. Le tout a été fait publiquement et en présence des Sieurs Jean Antoine Delmas, âgé de trente sept ans, instituteur, de Germain Delmas, âgé de trente neuf ans, cultivateur, de Jean Baptiste Boissonnade, âgé de vingt cinq ans, maréchal ferrant et de Paulin Jaillet, âgé de vingt trois ans, cultivateur, tous quatre domicilié au lieu et commune de Saint Laurent de Muret, lesquels, ainsi que l'époux ont signé avec nous le présent acte, après lecture faite l'épouse a dit ne savoir de ce que requis.

 

 

Pierrounet - notez la taille étonnante de ses poucesUn extrait de son contrat de mariage.

Reçu le 5 mai 1863 par Barthélémy Martin, notaire. (...) le futur époux déclare renoncer à toute communauté de biens et adopter le régime dotal. La future se constitue en dot de tous ses biens présents et à venir, donnant pouvoir au futur, non seulement de les administrer et recouvrer mais de traiter, transiger et compromettre pour ses biens et droits, d'intervenir à leur partage ; de vendre les droits immobiliers à condition que les sommes en provenant de leur source dotale quelconque seront reconnues par le futur sur des immeubles d'une valeur suffisante, etc... La future dit dès aujourd'hui constituer en dot la somme de six cents francs qu'elle possède, fruit de son travail et de son économie, laquelle somme sera versée par la future et reconnue sur ses biens dès le présent mariage accompli.

Marie Rose Meissonnier a fait cession pure et simple à forfait à Louis Robert Meissonnier son frère, cultivateur, demeurant aussi à Sinières, présent et acceptant des entiers droits mobiliers et immobiliers qu'elle a à prétendre aux biens délaissés par lesdits père et mère, consistant en la part indivise ou le quart des trois quarts d'un petit bien situé à Sinières dans le commune de Saint Laurent de Muret et du Buisson. Cette cession est faite aux risques et périls de l'acquéreur qui supportera la part des dettes de ladite succession, etc...

 

 

accueil | plan du site | bibliographie | recherche | le château de la Baume | les vieux remèdes | La Chaldette | la flore |