Saint Geniez d'Olt

(voir le plan (116 Ko) de Saint Geniez) (voir Saint-Geniez par satellite)

Saint-Geniez d'Olt | Visite nocturne | le monument Talabot | les hôtels particuliers | l'hôtel de Rivié | l'hôtel de Ricard | la chapelle Notre-Dame des Buis | Carlos Gardel | l'évolution de la population de Saint-Geniez d'Olt | Les Illustres |

Saint-Geniez d'Olt depuis le monument Talabot
C'est la ville marché qui est en bas, au bord du Lot.

(Photos © Philippe Decarnoncle, avec son aimable autorisation)
On y descend à peu près pour tout, puisqu'il n'y a quasiment pas de commerces à Verlac.

La ville s'est développée d'une façon que l'on a du mal à soupçonner aujourd'hui. La rive historique est la rive droite, sur laquelle s'élève l'église paroissiale et son magnifique escalier. L'autre rive n'a longtemps été constituée que de quelques masures qui dépendaient de la paroisse de Marnhac, laquelle n'est plus aujourd'hui qu'un hameau minuscule et perdu.

On trouve à Saint-Geniez :

L'entrée de la galerie Lenoir, l'un des côtés du cloître. Son plafond en bois est splendide.- Un cloître, dans lequel sont installées la trésorerie, la mairie, la poste et la bibliothèque municipale. La façade sur rue (ci-contre) a été reconstruite avec les pierres du château au XVIIè siècle.
Le beau lustre en bois de la salle des Illustres
Le retable de la chapelle des Pénitents- La chapelle des pénitents noirs qui abrite notamment un beau plafond peint, récemment restauré et qui sert de fond à la page. L'office du tourisme est aujourd'hui installé dans la chapelle, mais son mobilier, même s'il essaie de se faire discret, est peu adapté au lieu. Evidemment, et comme toujours sur le site, il s'agit là d'un point de vue tout personnel. Vous avez le droit de ne pas être d'accord ! En tous cas, vous y trouverez toutes les informations possibles sur les activités dans les environs, et vous y serez toujours bien accueilli(es).
Apparues à la fin du Moyen-Âge en Italie, les confréries des Pénitents se répandent en France à la Renaissance. Leur véritable essor date cependant de la fn du XVIè siècle, lorsque Saint-François de Sales établit les Pénitents noirs à Annecy. Au début du XVIIè siècle, des confréries s'installent en Rouergue, à Villefranche et Nant puis dans d'autres villes dont Saint-Geniez.
La confrérie des Pénitents noirs de Saint-Geniez achète un terrain aux Augustins le 12 janvier 1672. La chapelle qu'ils y font construire sera achevée en 1705. N'hésitez pas à interroger mes amies de l'office du tourisme, elles vous décriront par le menu toutes les scènes du plafond, et aussi 
- l'église des Augustins. Visitez la page qui lui est consacrée

- de beaux hôtels particuliers, qui datent de l'époque où la ville était plus peuplée qu'aujourd'hui.
Au XVIIè siècle, Saint-Geniez comptait près de 4000 marmots pour à peine 2000 aujourd'hui (voyez le graphique sur l'évolution de la population). L'époque révolutionnaire fut agitée ici. La ville changea même de nom, Saint-Geniez fleurant trop la religion : elle devint Vallon-la-Montagne, ce qui témoignait d'une aptitude singulière au double langage.
Les gens d'ici ont parfois un sacré caractère, comme en témoigne l'histoire de Marie Talabot.

Les marmots, sur le pont vieux de Saint-GeniezUn autre Marmot célèbre s'appelle Carlos Gardel, le roi du tango argentin.

Certains des habitants de Saint-Geniez  l'ont quitté à la fin du XIXè siècle et au début du XXè pour partir fonder Pigüé.

Au temps où la ville n'était qu'un hameau, des enfants avaient recueilli une marmotte orpheline. Un matin, elle entraîna les enfants sur la montagne, loin de leur maison, qui fut emportée par une crue du Lot. En reconnaissance de ce sauvetage, les habitants de Saint-Geniez s'appellent maintenant les Marmots, et c'est pour cela que vous trouverez des marmottes Made in China, de toutes les tailles et à tous les prix, dans les magasins de souvenirs de la ville.
 
 
 

 

 

 

 

L'usine de Saint-Pierre - le bâtiment principal - cliquez pour une photo en couleurs naturellesEn 1974, a fermé la dernière manufacture de draps de Saint-Geniez, installée dans l'usine de Saint-Pierre. Elle était l'héritière d'une tradition drapière qui remontait au moins au XIVème siècle. Vous la verrez en partant vers Verlac. Elle est installée dans un petit creux, au confluent du Lot et de la boralde de Verlac. Il n'y avait pas vraiment de place,  mais il y avait de l'eau, et donc de l'énergie, c'est pour ça qu'elle est là. Les bâtiments sont dans l'ensemble assez jolis. Dans une grande ville fortunée (ou surendettée) on en ferait maintenant un centre culturel, voire une salle de concert. Ici, on ne peut que prier pour qu'ils ne s'écroulent pas trop vite ou que leur nouveau propriétaire aie les moyens de les entretenir.

Vous pourrez voir des machines commes celles qui furent utilisées dans l'usine de Saint-Geniez au musée des arts et traditions populaires du Rouergue à Salles-la-Source. N'oubliez pas de faire la visite nocturne de Saint-Geniez et découvrez deux cartes postales anciennes.

CLOITGEN.jpg (127751 octets)

Saint-Geniez d'Olt | Visite nocturne | le monument Talabot | les hôtels particuliers | l'hôtel de Rivié | l'hôtel de Ricard | la chapelle Notre-Dame des Buis | Carlos Gardel | l'évolution de la population de Saint-Geniez d'Olt | Les Illustres |

accueil | plan du site | recherche | Sainte Eulalie | Saint Côme | Espalion | Séverac-le-château | Verlac | Aurelle | Saint-Saturnin