La maison de l'Aubrac

La maison de l'Aubrac

La maison de l'AubracEn regardant la photo d'ouverture, vous avez déjà tout compris : intervenir dans un site pareil, avec un village constitué d'une église et de son clocher, d'une tour massive du XVème siècle et de quelques maisons, présentait un risque majeur. Et j'ai peur que le risque ne se soit concrétisé...

Les fées locales, nationales et européennes se sont accordées pour construire à Aubrac une maison destinée à accueillir les visiteurs du plateau, en vue de les instruire et, pourquoi pas, de les retenir.

On aurait pu choisir de restaurer un buron des environs, au risque qu'il soit trop loin du village et que les visiteurs ne s'y rendent pas. On aurait pu choisir de restaurer une maison du village -mais il n'y en a pas beaucoup, et le geste architectural aurait été à coup sûr moins spectaculaire. Et un geste moins spectaculaire, c'est autant de photos en moins dans la presse et aussi des visiteurs en moins.

La maison de l'AubracAlors on a choisi de tout mélanger : on a construit un buron en béton (pour aller plus vite) et on lui a accolé une verrière quadrangulaire pour abriter l'accueil. Le tout en lisière du village, et donc visible à des kilomètres à la ronde.

Bien sûr, le béton n'a été choisi que pour des raisons de coût et de rapidité de construction. On avait probablement prévu de le recouvrir avec la pierre du pays pour faire plus vrai. Mais on avait oublié que la pierre avec laquelle sont construits les burons, c'est une caillasse mal dégrossie, pleine d'angles, d'arrondis et de saillants, avec des vides importants entre les pierres, grossièrement comblés avec du mortier. En bref, les pierres des maisons d'ici sont irrégulières et pleines de relief ; elles ne se prêtent absolument pas au sciage qui, en d'autres régions, permet d'obtenir des plaques d'une régularité totale, prêtes à être agrafées aux murs avec des attaches standardisées.

A côté de ce bâtiment principal, on a imaginé de poser un parallélépipède de béton lui aussi, entièrement aveugle et doté d'un toit plat (je n'ose pas imaginer une vue d'avion du village, maintenant). Manifestement l'architecte a eu peur, tout d'un coup, de ce qu'il était en train de faire et a donc décidé d'enterrer plus qu'à moitié cette boîte de sucre. Le résultat est une forme totalement atypique à 30 kilomètres à la ronde.

La maison de l'AubracComment habiller une masse pareille ? La solution était toute trouvée : il s'agissait d'enduire l'ensemble d'une mixture dont le secret doit se trouver dans un grimoire de sorcières, et qui allait avoir l'effet magique de faciliter la colonisation de l'ensemble par les lichens et autres mousses du plateau (ceux qui colorent les rochers des montagnes en vert, comme ceux qui ont teinté de rouge la tour des Anglais) et le tour serait joué. L'histoire ne disait pas combien de temps l'opération prendrait au total. Il est vrai qu'au XVème siècle, quand on a construit la tour, personne ne s'est soucié de vérifier le temps de colonisation des lichens. Les gens sont très négligents...

Bien sûr, les visiteurs sont arrivés plus vite que les lichens, et ont commencé à hurler lorsqu'ils ont vu le résultat. Il a alors fallu en catastrophe expliquer que la boîte de sucre allait, elle aussi, être habillée de pierre -vous avez lu plus haut les impossibilités techniques de l'habillage.

J'imagine qu'en ce moment les travaux sont en tout état de cause en panne : il faudrait être fou pour envoyer un maçon dehors, à Aubrac, durant l'hiver. Espérons que le printemps portera conseil aux fées précitées...

Il faudra aussi faire un effort à l'accueil. Quand vous entendez la charmante hôtesse expliquer à des visiteurs à qui elle vient de remettre leur ticket qu'il faudra l'insérer dans le tourniquet, "comme dans le métro", votre sang ne fait qu'un tour et vous tournez les talons dans l'instant. C'est ce que j'ai fait, et c'est pour cela que je ne puis pas vous parler de l'intérieur de la maison...

Enfin, l'accueil, quand il est ouvert. En été 2003, lorsque je suis passé bien après l'heure d'ouverture, et que c'était toujours fermé sans aucune indication sur la porte, j'avoue avoir été très déçu... et du coup, je ne pourrai toujours pas vous parler de l'intérieur !!!

accueil | recherche | plan du site | Rieutort d'Aubrac | Laguiole | les environs | le signal de Mailhebiau | yourtes |