Les mines d'argent

De tous temps, on a cherché à extraire de l'argent à Verlac.

D'après Tacite, sous le règne de Tibère, il existait une mine d'argent située non loin du Gévaudan, "qui produisait 600 quintaux de matière en moins de quatre ans".

L'entrée de la mine au Minié-Haut. Attention, danger !!! Sur les bords du ruisseau, au fond de la boralde, il y a deux hameaux : le Minié-Haut et le Minié-Bas. Ces deux noms disent assez l'histoire du lieu.

Un acte de concession, daté de 1305, donne quelques précisions. Mais je sollicite votre indulgence, je ne sais localiser les lieux dont il est question :
"Le lundi après la fête de Saint-Marc, évangéliste, 1305, Marquez de Canilhac et le représentant du Dom d'Aubrac, coseigneur de la terre d'Aurelle, concédèrent, par acte reçu par Bernard Girel, notaire, à Pierre Aliquot, les terrains de Rocalte et d'Oltis, paroisse de Verlac, pour l'exploitation des mines d'argent ouvertes ou à ouvrir. Les limites de cette concession étaient, d'un côté, "l'Affar, ou tènement de Crueye et le chemin dit de l'Albor et tendant de Verlac au mas du Cambon, d'autre côté, certain rial ou ravin nommé le Conhet, enfin sur un troisième côté le chemin du Fromental qui, passant par Rocalte, se dirigeait de Verlac vers Saint-Geniez. Le concessionnaire devait payer quatre sous rodanais pour chaque marc d'argent extrait, sans préjudie des droits ordinaires perçus sur les autres minières de ladite terre d'Aurelle".

Un autre acte, daté du 20 janvier 1316 indique que "dans le mandement de la châtellenie de Saint-Geniez se trouvent des mines d'argent et que le roi a coutume de prendre 18 deniers pour chaque marc d'argent extrait."

Les recherches reprirent au XIXè siècle, avec notamment le 16 juin 1806, l'octroi par le préfet de l'Aveyron d'une concession de mine accordée à M. Valadier, et portant sur une surface de 3483 hectares, délimitée par une ligne allant de Frayssinous à Groupatage, de Groupatage à Verlac, de Verlac aux Crouzets et des Crouzets à Frayssinous.
 
Les deux minéraux voisinant souvent dans les filons, au XXème siècle on a plutôt exploité la baryte dans les environs de Verlac. La baryte a été utilisée notamment pour réaliser des tirages photographiques dans les temps héroïques, mais aussi pour réaliser des boissons qui permettent de réaliser des radiographies du système digestif. Elle est aussi utilisée en chimie.

accueil| recherche | les croix de chemin | Les hameaux | La Molière |