Les vieux remèdes d'Aubrac
 
Dans la bibliographie, vous trouverez une référence à une étude ethnographique réalisée par le Centre national de la rechercher scientifique. A l'occasion de cette recherche, ont été recensés par Pierre Dijols des remèdes en usage sur l'Aubrac au XVIIIè siècle sur l'Aubrac. Vous en trouverez la liste ci-dessous.
Attention : l'efficacité, pas plus que les effets secondaires éventuels, ne sont garantis !!! ;-) 
 
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

A

ABCES CHAUD. - Appliquer un gros oignon cuit sous la cendre ou un cataplasme fait de mie de pain de seigle délayée dans du lait.
ABCES FROID. - Faire couler goutte à goutte sur la tête de l'abcès de la poix en fusion.
ABEILLES (piqûres). - Enlever l'aiguillon, puis frotter avec de l'ail, de l'oignon ou le blanc d'un poireau.
Il est plus efficace de retirer de l'oreille un peu de cérumen et de l'appliquer sur la plaie, la douleur disparaît immédiatement et l'on évite l'enflure.
AMPOULES. - Tremper un fil de coton ou de soie dans de l'huile et le faire passer à travers l'ampoule.
AMYGDALES-AMYGDALITE. - Faire des gargarismes avec une décoction de feuilles du chèvrefeuille.  Injecter de l'eau très froide avec une vessie ou une seringue et se gargariser.
ANGINE. - Porter une chaussette de laine sale autour du cou.
ANTHRAX. - Opérer comme pour l'abcès froid.
APOPLEXIE CEREBRALE. - Mettre des sangsues à 1'anus.
APPETIT. - Pour stimuler l'appétit, faire tremper, pendant huit jours, de la racine de gentiane coupée en menus morceaux dans du vin très fort; avant chaque repas en boire un verre rempli aux 3/4.
ASPHYXIE
(par un mauvais air). - Frotter vigoureusement le malade avec des orties rouges sur tout le corps et lui gratter la plante des pieds avec une brosse très dure.
- (noyé) Insuffler de l'air dans les poumons avec une vessie ou un petit soufflet ou même avec la bouche.
- (pendu) Mettre des sangsues derrière les oreilles.
ASTHME. - Faire prendre le matin, à jeun, une décoction de feuilles fraîches de céleri sauvage ou ache des marais dans du lait trait fraîchement.

 

B

BRONCHITE. - Prendre gros comme un oeuf de pigeon de la fiente blanche de poule, la mettre dans un linge, la faire bouillir une minute dans une chopine de mergué (petit-lait), presser, sucrer (si on n'a pas de sucre mettre du miel) et faire prendre au malade au lit.
Faire avaler au malade une cuillerée à café d'huile d'olive
BRULURES. - Premier degré, appliquer de la confiture de groseilles; 2ème et 3èm degrés, compresses d'eau froide constamment renouvelées.  Puis, prendre une poignée de fiente de poule, 1/2 livre de saindoux ou de beurre frais, quelques feuilles de sauge; faire bouillir 35 à 40 minutes.  Passer à travers un linge.  Frotter la partie brûlée avec cet onguent.
Ecraser un oignon cru avec une pincée de sel et l'appliquer sur la brûlure.
Compresses d'huile de millepertuis.
 

C

CANCER. - Faire des applications de petite joubarbe écrasée.  Si la plaie est largement apparente nourrir le cancer avec d'épaisses tranches de lard solidement fixées par des bandes.
CATARRHES PULMONAIRES. - Même remède que pour l'asthme.  Infusions d'angélique.
CHEVEUX (pour éviter la chute des cheveux). - Faire une pommade avec des bourgeons de noyer et de la graisse de porc (faire bouillir 20 à 25 minutes).
CHOLERA. - Flageller le malade avec des orties rouges sans aucune pitié pour ses gémissements.
COLIQUES DE MISERERE. - Faire avaler une livre de vif argent appelé aussi mercure.
CONSTIPATION. - Marcher pieds nus sur les pierres ou la terre arrosées d'eau très froide.
CONTUSIONS
(externes). - Compresses d'eau salée, compresses de feuilles écrasées de nénuphar, de persil, de géranium, de millepertuis, d'angélique, de bardane, de plantain, de feuilles de noyer.
(internes), - Application d'une teinture d'arnica préparée comme suit : fleurs d'arnica 2 onces, de millepertuis 1/2 once, girofle 1/6 d'once, fleurs de balsamine 2/3 d'once, alcool 1 litre.
COQUELUCHE. - Faire bouillir des blancs de poireaux dans du lait, sucrer et faire boire chaud.  Prendre 2 à 3 cuillerées par jour de sirop d'orties.
182
CORS. - Appliquer un emplâtre fait de feuilles de lierre confites dans du vinaigre très fort.
Mettre sur le cor une gousse d'ail écrasée.
CORPS ETRANGER DANS LE GOSIER. - Si le corps ne peut être retiré il est préférable de l'enfoncer complètement dans l'estomac, pour cela il faut le pousser avec un poireau de la grosseur voulue, les radicelles enlevées, nettoyé proprement et graissé avec de l'huile.
CRACHEMENTS DE SANG. - Tisane de fleurs de bouillon blanc, de baies de genièvre, de feuilles de saule, de plantain.
CRAMPES. - Les crampes des jambes qui surviennent surtout la nuit peuvent être évitées en plaçant un morceau de fer sous le matelas juste à l'endroit où reposent les jarrets.
Porter autour des jarrets et des jambes un chapelet de bouchons de liège.
CROUP. - Pendant les épidémies toujours très néfastes l'oseille mâchée par les enfants peut les préserver du mal.

 

D

DENTS. - Le thym macéré à la dose de 3 onces 1/2 dans un demi-litre d'eau-de-vie fait disparaître le mal de dents.
Faire mâcher au malade de la poudre à fusil, une cuillerée environ dans un morceau de linge.
Brûler au fer rouge l'hélix de l'oreille, la douleur disparaît instantanément.
Aspirer par la narine du côté où l'on a mal une cuillerée d'eau-de-vie.
Prendre des gros vers de terre, les faire cuire, les réduire en bouillie et introduire la pâte dans l'oreille, du côté où se trouve la douleur.
DIARRHEE. - Manger quelques fruits rouges de l'églantier.
DYSENTERIE. - Faire infuser une pincée de 4 doigts de feuilles de sureau séchées à l'ombre, pendant 12 ou 15 jours dans un demi-litre de vin blanc;
- faire infuser dans un litre d'eau bouillante 2 à 3 onces de feuilles de plantain;
- à parties égales suc d'orties, huile d'olive, vin généreux et sucrer.  A prendre 1/2 verre toutes les heures.
 

E

ENGELURES. - Appliquer sur les engelures un sinapisme de farine de moutarde noire.
Faire cuire des oignons de lys blanc dans du lait et appliquer en cataplasme.
Pour éviter les engelures et les prévenir roulez-vous complètement nu dans la première neige qui tombera.
ENTORSE. - Prenez un blanc d'oeuf de poule, battez-le bien et lorsqu'il commence à monter ajoutez-y 5 bonnes cuillerées de suie de cheminée.  Mettez ce mélange sur un linge et enveloppez l'entorse.
Un cataplasme de verveine cuite dans du fort vinaigre guérit rapidement les entorses.
EPHELIDES (tâches de rousseur). - Pour faire disparaître les tâches de rousseur il faut se laver chaque matin, pendant un certain temps, avec de la sève de bouleau ou avec de l'eau distillée d'anémone pulsatille en lotion.
EPILEPSIE. - Boire du lait en grande quantité.  Avaler de la poudre de gui du chêne.
 

F

FLEURS OU FLEURS BLANCHES. - Injections d'écorce de chêne en décoction ou de feuilles de noyer, ou de racines de gentiane.  Boire de la tisane d'ortie blanche.

G

GANGRENE. - Cautériser au fer rouge.
GERCURES. - Appliquer de la graisse de volaille crue et ramollie au feu.  Le suif de mouton utilisé de même façon produit également de bons effets.
GOURMES. - Boire des infusions de fumeterre ou de pensées sauvages.  Frictionner la tête avec une lotion de fleurs de sureau.  Appliquer des cataplasmes de pommes de terre.
GOUTTE. - En quatre fois dans la journée, boire un trentième d'once de café vert en poudre infusé dans un demi-litre d'eau.  Appliquer des cataplasmes de feuilles de bardane cuites sous la cendre ou dans l'eau.  Avaler chaque matin une gousse d'ail pilée, et appliquer sur la partie douloureuse un emplâtre de poix de Bourgogne que l'on renouvelle au bout de huit jours si la douleur n'a pas disparu.  Boire des infusions de feuilles de frêne.
GRAVELLE. - Boire des infusions de reine-des-prés, de queues de cerises, de feuilles de cassis, d'arrête-boeuf.  Boire du vin blanc dans lequel on a fait macérer durant huit jours des baies de genièvre concassées.
GROSSESSE. - Un verre d'eau-de-vie de cerises après les repas empêche les vomissements.  Les vins capiteux guérissent les cas les plus rebelles.
 

H

HEMORRAGIE par blessure. - Laver avec de l'urine humaine.  Faire des compresses de feuilles de géranium écrasées.
HEMORROIDES. - Faire bouillir dans du lait des pépins de coing dépouillés de leur écorce, les mettre dans des petits sacs et les appliquer bien chauds sur les hémorroïdes.
HOQUET. - Mettre au fond de la bouche, près de la luette, une pincée de sel fin.
HYDROPISIE. - Boire une décoction de cendres de genêt à balais : une grosse poignée de cendres par litre d'eau.  Prendre une vingtaine de grillons des champs, les faire cuire et infuser dans une grande tasse de café noir, passer à travers un linge et faire boire après avoir sucré.
 

I

INSOLATION. - Cataplasme souvent renouvelé de pulpe de pommes de terre fraîches et râpées.  Compresses d'eau glacée vinaigrée.
IVRESSE. - Faire boire 10 à 12 gouttes d'ammoniaque dans un verre d'eau sucrée.
 

L

LUMBAGO. - Compresses d'eau fraîche.
LUXATION. - Tirer le membre en long et appliquer des sangsues.
 

M

MIGRAINE. - Appliquer sur le front une casserole en cuivre.
 

N

 

O

OPHTALMIE. - Appliquer sur les yeux des cataplasmes de fromage mou avec son petit-lait.
ORGELET. - Dès qu'on commence à le ressentir, appliquer un peu de cérumen pris dans l'oreille sur l'instant.
 

P

PALES COULEURS. - Faire boire de l'eau rouillée que l'on prépare en mettant quelques poignées de clous dans un pot d'eau que l'on remplace.  Trois fois par jour, avant les repas, prendre un verre de vin capiteux dans lequel on a fait macérer pendant huit jours de la racine de gentiane coupée en très petits morceaux. - Alimentation : viandes rouges grillées ou rôties, vin généreux - Bains de ruisseaux peu prolongés.
PANARIS. - Plonger le doigt malade dans de l'onguent gris fabriqué comme suit : délayer dans 2 onces 1/4 de mercure 20 onces d'axonge ou graisse de porc fondue.
PARALYSIE. - Frictionner vigoureusement le malade avec des orties rouges, Faire des applications de feuilles d'aulne comme pour les rhumatismes articulaires.
PEAU (MALADIES DE LA PEAU) :
- Gale. - Applications d'huile de pétrole; frictionner avec une pommade fabriquée comme suit : malaxer avec un jaune d'oeuf de poule 1/3 d'once de soufre sublimé, 1/3 d'once de poudre à fusil très fine, le tout dans un once 1/3 d'huile d'olive.
- Pellicules. - Pour faire disparaître les pellicules se frictionner la tête avec une pommade obtenue en faisant bouillir pendant 20 à 25 minutes une poignée de bourgeons de noyer dans 10 onces d'axonge ou graisse de porc fraîche.
- Teigne. - Pour s'en débarrasser se faire épiler complètement la tête ce qui consiste à arracher tous les cheveux un à un.
PLAIES. - Laver avec de l'urine.  Faire lécher par un chien.
POINT DE COTE. - Appliquer sur le côté douloureux de l'avoine toute chaude que l'on vient de griller comme du café.  Donner à boire au malade des tisanes de fleurs de sureau, de tilleul, de coquelicot, de bois râpé du buis.
 

Q

 

R

RACHITISME. - Faire coucher les enfants rachitiques et noués sur un matelas de fougère.  Leur donner à boire du vin légèrement chaud dans lequel on a fait fondre de la moelle de boeuf à raison de 4 onces par litre.
RAGE. - Faire saigner la morsure au besoin en l'incisant et cautériser au fer chauffé à blanc.
RETENTION D'URINE. - Boire une décoction faite d'une bonne poignée de cendres de genêts à balais par litre d'eau,
RHUMATISME ARTICULAIRE. - Remplir quelques sacs de feuilles vertes d'aulne, les faire chauffer au soleil ou près du four, les étendre sur le lit, y faire coucher le malade qu'on recouvre des mêmes feuilles échauffées et d'une couverture un peu forte.
RHUME DE CERVEAU. - Se frictionner la nuque avec de l'eau-de-vie.  Mettre un sinapisme entre les deux
épaules pendant 1/4 d'heure.  S'injecter dans les fosses nasales de demi-heure en demi-heure de la décoction de feuilles de ronces très concentrée.
ROUGEOLE. - Faire boire au malade un bouillon fait avec une vipère à laquelle on a coupé la tête et enlevé seulement la peau.
 

S

SAIGNEMENTS DE NEZ. - Lever les deux bras en l'air.  Renifler du jus d'orties.
SCARLATINE (Manières de la distinguer de la rougeole).
Tandis que la rougeole est précédée de larmoiement, d'enchifrènement ou rhume de cerveau et par le rhume de poitrine, rien de pareil au début de la scarlatine qui se caractérise par l'angine ou mal de gorge très marqué et cela s'associe plutôt à du délire et à un violent mal de tête.  La bouche et la gorge sont d'une rougeur écarlate.  Faire venir le médecin.
SCIATIQUE. - Cautériser l'hélix de l'oreille avec un fer rouge.
SYNCOPE. - Coucher la personne horizontalement, lui desserrer ses vêtements, la mettre dans un lieu bien aéré, lui brûler sous le nez un morceau de laine, ou une plume, ou des cheveux ou de la corne.  Faire respirer du vinaigre et en laver la figure du malade; dès que le malade reprend ses sens lui faire boire quelques gorgées d'une liqueur alcoolique.
 

T

U

ULCERE. - Appliquer deux fois par jour l'onguent obtenu en faisant cuire dans un vase en fer 7 onces de graisse de vache, 7 onces de graisse de porc, 1/2 once d'oxyde de fer, remuer avec une tige de fer jusqu'à ce que le mélange devienne de couleur noire, laisser reposer un peu, décanter et ajouter 1/2 once de térébenthine de Venise, un trentième d'once d'huile de bergamote, 1/5 d'once de baume d'armoise trituré dans de l'huile d'olive.

V

VARICES. - Lotionner avec une décoction d'écorce d'aulne.
VER SOLITAIRE ou TAENIA. - Faire manger des pépins de citrouille.  Appliquer sur le ventre des cataplasmes de feuilles de tanaisie cuites dans du vin.
VERS INTESTINAUX: LOMBRICS, OXYURES. - Donner des lavements de suie de cheminée.
VIPERES (morsures). - Faire saigner et cautériser au fer rouge.
VOMITIF. - Une cuillerée à bouche de farine de moutarde dans un verre d'eau fraîche constitue un vomitif prompt et sûr.
 

Y

YEUX. - Appliquer sur les yeux des cataplasmes de fromage mou avec son petit-lait.  Un collyre de feuilles de framboisier.
 
accueil | recherche | plan du site | la photo panoramique | Pomayrols | la croix de la Berque |